debt push down exemple

En outre, tous les coûts d`emprunt devraient alors être qualifiés de dépenses commerciales justifiées dans la mesure où la société fusionnée n`est pas légèrement capitalisée. Dans la décision SAC: 2016:71 la Cour a statué que l`intention première pour la réorganisation complexe qui a abouti à la non-imposition par le biais de la contribution du groupe et la déduction des intérêts était d`éviter de payer l`impôt. Les investisseurs essaient souvent de résoudre cette dépense d`intérêt inefficace en fusionnant le véhicule d`acquisition avec la société cible. L`une des exigences de l`article 24J (la disposition «incurral et accumulation d`intérêts») de la Loi de l`impôt sur le revenu 58 de 1962, en ce qui concerne les déductions d`intérêts. Par conséquent, le bilan fiscal est modifié en conséquence. Les autorités fiscales cantonales fondent toutes leurs arguments contre la déductibilité des frais d`intérêts sur la notion d`évasion fiscale. Dans ce cas, aucun gain ne sera comptabilisé aux fins de l`impôt. L`administration fiscale a publié des lignes directrices le 27 mai 2016, selon lesquelles les décisions du CCS auront une incidence sur les ententes de réduction de la dette effectuées par l`entremise d`une succursale ou d`un véhicule à usage spécial (une société finlandaise établie pour une acquisition; ci-après également dénommé «SPV»). En droit des sociétés, les exigences de la société cible en cas d`une telle fusion amont ne sont pas strictes. Toutes les décisions du CCS mentionnées précédemment concernaient des ententes de repoussements de dettes réalisées dans la structure des succursales. Selon l`administration fiscale, les décisions du CCS s`appliquent également aux ententes de SPV.

Dans la plupart des cas, cette perte de fusion est appelée «irréelle», car elle est compensée par le goodwill de la société cible et d`autres réserves cachées qui ne figurent pas dans son bilan. La dernière disposition à prendre en considération dans la déduction des intérêts est l`article 45 (3A) qui prévoit que lorsque la société cessionnaire acquiert un actif en fonction d`une transaction intragroupe et que l`acquisition de l`actif est financée (directement ou indirectement) par l`émetteur de dettes ou d`actions (autres que les actions de capitaux propres) et la dette ou l`action est émise par une société qui fait partie du même groupe de sociétés aux fins de faciliter ou de financer la transaction intragroupe [5], alors le détenteur est réputé avoir acquis la dette à une base c l`OST (ou le coût fiscal) de Rnil [6]. Il est par exemple possible de transférer des actifs générateurs de revenus de la société cible à la société d`acquisition au moyen d`un transfert intragroupe fiscalement neutre (également appelé «push-up» d`actifs). La Cour administrative suprême finlandaise (SAC) a rendu le 19 mai 2016 2 des arrêts historiques sur la déductibilité des frais d`intérêts dans les «structures de la dette». Dans de nombreux cas, une acquisition suivie d`une fusion du véhicule d`acquisition avec un push-down de la dette n`est pas du tout axée sur les impôts. En outre, cette société bénéficie habituellement du privilège de la société holding et est donc exonérée de toute taxe cantonale sur le revenu. L`intérêt de la dette d`un partenaire lié qui est qualifié d`equity caché en vertu de la pratique publiée de l`administration fiscale n`est pas déductible aux fins de l`impôt sur le revenu des sociétés et est assujetti à la retenue d`impôt.

This entry was posted in Uncategorized by james. Bookmark the permalink.